Méthaniseurs
  • Texte
  • Temps de lecture 3 Min

Ecrit par : délégation RSE le

Le WWF France publie une étude sur l’utilisation de la biomasse

L’association WWF, soucieuse d’apporter sa pierre à l’édifice pour la lutte contre le réchauffement climatique, a publié une étude à propos du potentiel de la biomasse dans le cadre de la transition écologique.

Quelle place la biomasse peut occuper dans la transition énergétique à l’horizon 2050 ? C’est la question que s’est posé le WWF lorsqu’ils ont lancé l’étude « Biomasse : un réel potentiel pour la transition énergétique ? ».

Dans la feuille de route du projet, l’intention était de donner suite aux travaux en cours notamment ceux de l’ADEME, NegaWatt et France Stratégie afin de participer au débat de la transition énergétique. Des échanges ont eu lieu avec les équipes de GRDF durant la réalisation de l’étude pour partager l’analyse sur la mobilisation et les usages de la biomasse.

Quel potentiel pour 2050 ?

Le WWF a mené ce travail à partir de sa vision du monde agricole et d’une gestion durable de l’espace forestier disponible. L’association a déterminé une capacité maximale de biomasse pouvant être utilisée de manière durable à des fins énergétiques en tenant compte de la capacité des écosystèmes à se régénérer et des besoins prioritaires dans la stratégie nationale de mobilisation de la biomasse (SNMB).
Les résultats tablent sur 260 à 270 TWh/an (entre 120 et 130 pour la biomasse agricole et 140 TWh/an pour la biomasse forestière). Sur la base des prévisions de consommation de la stratégie nationale bas carbone (SNBC), cela représenterait environ 30% de la consommation énergétique du pays.

Ce potentiel de gisement se situe en deçà des visions prospectives des scenarii SNBC et NegaWatt 22-50 mais il rejoint les dernières projections des scénarios S1 et S2 de l’ADEME.

Comprendre la place de la biomasse

L’étude confirme un gisement de biomasse agricole de 120 à 130 TWh, tandis que pour le potentiel de biomasse forestière pour des usages énergétiques le WWF restreint sa mobilisation aux déchets de bois.

Pour le WWF, les travaux de prospective de ressource biomasse devraient respecter leur vision du monde agricole et d’une gestion durable de l’espace forestier, c’est-à-dire en déterminant la capacité maximale disponible tout en tenant compte des besoins prioritaires de mobilisation et de régénération des écosystèmes naturels.

La présente étude du WWF n’a pas intégré dans la ressource totale disponible les déchets ménagers et les boues de STEP. De plus, même si les visions de GRDF et WWF convergent sur beaucoup de points, en ce qui concerne la pyrogazeïfication les prévisions du WWF sont plus nuancées.

Un potentiel de 110 TWh à valoriser via la méthanisation

Quel rôle va jouer la méthanisation dans la transformation du potentiel? Deux solutions sont possibles pour l’utilisation de cette biomasse sous forme de biogaz : l’injection ou la cogénération sur les sites de production. WWF recommande que le biogaz soit injecté dans les réseaux, soit 80 à 90% de la ressource transformée en biogaz. Cela représente donc un potentiel de 110 TWh.

Pour les gisements agricoles ou forestiers. Le WWF ne fait pas distinction dans son rapport entre ces 2 solutions mais il estime pertinent que la priorité soit donnée à l’injection du biogaz dans les réseaux.

Le WWF souligne que le biogaz est un vecteur énergétique complémentaire de l’électricité et qu’il est préférable de ne pas le convertir en électricité directement sur le site de production. Il recommande un usage direct, notamment pour les secteurs qui doivent se décarboner et ne peuvent pas utiliser de l’électricité, par exemple dans l’industrie lourde.

Au total, l’étude met en avant qu’environ 80 à 90% de la ressource agricole identifiée soit puisse être transformée en biogaz par méthanisation. Cela représenterait donc un potentiel maximal de 110 TWh.

Quelle que soit la ressource utilisée, le WWF préconise également de déployer des installations de valorisation de taille modérée, à haut rendement, dans le respect des capacités des gisements locaux.

Retrouvez ci-dessous l'intégralité du rapport.

Télécharger le fichier (5.7 Mo)

Retrouvez l'interview de Ludovic Cuisinier, chargé de projets biomasse et transport chez WWF.

Ludovic Cuisinier

Ce contenu vous a plu ?

Abonnez-vous et retrouvez quand vous voulez les nouvelles publications directement dans votre boite mail

S'abonner

GRDF - Chiffres clés

Sites de méthanisation en injection

514

dont raccordés au réseau GRDF

429

Capacité totale installée de biométhane

9TWh/an

Equivalent logements neufs chauffés

2 250 000

Période de référence : décembre 2022