Prototype du bâtiment du projet Hennebont-Blavet
  • Ouvert à l'externe
  • Texte
  • Vidéo
  • Temps de lecture 3 Min

Projet Hennebont-Blavet : un chauffe-eau thermodynamique associé à une chaudière individuelle

Pour ce projet, la production de chauffage et d’ECS est assurée par une solution hybride individuelle associant un chauffe-eau thermodynamique et une chaudière gaz à condensation mixte micro accumulée. Une solution individuelle mature qui s’insère facilement en placard technique dans le logement.

Le Blavet désigne deux cours d’eau français qui, pour porter le même nom, n’ont absolument rien à voir entre eux. L’un coule dans le département du Var. L’autre en Bretagne, dans les Côtes-d’Armor et le Morbihan, et finit par se jeter dans l’océan Atlantique non loin de Lorient. C’est justement à cent mètres des berges du second, dans l’accueillante commune de Hennebont, à quelques dix kilomètres au nord-est du célèbre port breton, que le promoteur Nexity va lancer en décembre prochain la commercialisation d’une opération comprenant deux bâtiments pour 36 logements au total, dont 24 en accession libre, 7 en accession sociale et 5 en locatif social.

« Notre projet se trouve à dix minutes du centre-ville, qui propose tous les commerces et les services, et à cinq minutes à pied d’un grand groupe scolaire, en bordure d’un quartier pavillonnaire », précise Stéphane Lavrilloux, directeur régional Bretagne - Normandie – Pays de Loire de Nexity. Ce cadre de vie idéal, qui profite d'une gare SNCF desservie par les lignes Quimper-Rennes et Quimper-Nantes et fait partie des réseaux de bus de l'agglomération lorientaise, se voit en plus situé à l'intersection de tous les axes routiers importants, vers Vannes, Nantes, Quimper, Rennes ou Quiberon.

Une première en logement collectif

Reste que l’originalité la plus notable de cette opération réside ailleurs, en l’occurrence dans le système énergétique qui va l’équiper. « Nous avons choisi d’assurer la production de chauffage et d’eau chaude sanitaire grâce à une solution hybride individuelle associant un chauffe-eau thermodynamique mural et une chaudière murale gaz condensation mixte micro accumulée, ce qui constitue une première en logement collectif », explique Stéphane Lavrilloux, tout en insistant sur le fait que ce système a été largement éprouvé dans les maisons individuelles depuis la RT 2012. Il ajoute : « cette solution, parfaitement mature sur le plan technique, permet de bénéficier d’une production individuelle de chauffage et d’eau chaude sanitaire, tout en garantissant aux utilisateurs un secours sur la production d’eau chaude sanitaire en fonction des conditions extérieures. »

Pour atteindre les seuils 2025 de la RE2020 – un objectif que Nexity s’est fixé sur l’ensemble de ses opérations aujourd’hui - et l’étiquette A du DPE, le bâti a tout de même été renforcé, avec une isolation plus importante, des vitrages plus performants, une meilleure perméabilité : l’ensemble affiche ainsi un bilan carbone de 20% inférieur à une construction dite classique. S’il fallait absolument pointer un point faible du système, il concernerait la place requise dans chacun des logements, puisque ces équipements supposent un placard technique un peu plus volumineux que pour une seule chaudière… « A l’arrivée, entre le système, les modifications du bâti et l’impact sur la surface habitable, le surcoût global de la solution retenue reste limité sur cette opération puisqu’il est estimé à 95 € par m2 », reprend le directeur régional de Nexity.

Pour conclure, soulignons que cette solution assure une pleine individualisation des charges ainsi qu’une offre énergétique large, les logements étant alimentés en gaz et en électricité. Il ne reste finalement plus qu’à attendre que ce programme sorte de terre et soit livré, ce qui doit intervenir dans le courant du dernier trimestre 2025.

Retrouvez l'intégralité du pitch projet

Télécharger le fichier (722.4 ko)

Ce contenu vous a plu ?

Abonnez-vous et retrouvez quand vous voulez les nouvelles publications directement dans votre boite mail

S'abonner

GRDF - Chiffres clés

Sites de méthanisation en injection

678

dont raccordés au réseau GRDF

568

Capacité totale installée de biométhane

12,3TWh/an

Equivalent logements neufs chauffés

3 065 000

Période de référence : avril 2024