Les membres des Biogaziers du Bout du Monde Biogaziers du Bout du Monde
  • Ouvert à l'externe
  • Texte
  • Temps de lecture 3 Min

Biogaziers du Bout du Monde : ils révolutionnent l'économie circulaire

Depuis le début, ils sont 9 agriculteurs finistériens, ayant chacun sa ferme et une unité de méthanisation produisant du biométhane. Créé en 2021, le collectif des "Biogaziers du Bout du Monde" porte des projets pionniers et vertueux : énergie verte, capture de CO² et gestion des biodéchets.

  • Un projet unique de valorisation du CO² pionnier en Bretagne « Breizh BioCO2 »

L’objectif ? Capturer et épurer le CO² issu de la méthanisation, le stocker sous forme liquide pour l’acheminer vers des usagers industriels (serristes, secteur du froid, conditionnement, abattoirs, brasseries..) en alternative au CO² d’origine fossile. Les débouchés peuvent être multiples mais le savoir-faire local est toujours le plus évident. En 2021, la Chambre d’agriculture de Bretagne a remporté un appel à projets, lancé par GRDF, visant à créer une filière locale de valorisation du CO² issu de la méthanisation agricole. Une expérimentation mise en place à l'été 2024. Le premier site équipé est celui de Guilers qui produira 1300 tonnes de CO² par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une serre de taille moyenne. A terme, chacun des neuf agriculteurs du groupement compte s’équiper d’une unité de liquéfaction de CO² adossé à son méthaniseur : ils pourraient alors produire jusqu’à 11 500 tonnes de CO² par an, soit l’équivalent de 80% de la consommation des serristes du Finistère Nord.

A ce jour, il n’existe que quatre autres initiatives de ce genre en France.

  • Un projet de transformation des biodéchets en gaz vert d’ici 2025 « Breizh Biodéchets »

Leur idée ? Profiter d’un contexte favorable permis par le législateur obligeant le tri à la source des biodéchets depuis le 1er janvier 2024 par la création en nord Finistère, d’une unité de déconditionnement et d’hygiénisation des biodéchets, qui leur permettra de traiter les volumes de déchets des entreprises et des collectivités du territoire. Grâce au biométhane injecté dans le réseau de gaz, celui-ci pourra servir à alimenter les bus ou camions roulant au BioGNV ou encore d’alimenter en chauffage les Finistèriens, tout en gardant le digestat pour leurs champs. Une nouvelle activité qui permettra l’embauche, à sa mise en service, de trois nouveaux salariés sans compter les emplois indirects liés à la collecte de ces biodéchets.

Un bel exemple d’ancrage territorial – de Ploumoguer à Plourin-les-Morlaix, respectueux de l’économie circulaire puisque ces neuf agriculteurs travaillent ensemble depuis la conception même de leurs projets d’unités de méthanisation respectives.

Pour les aider à concrétiser leur projet, GRDF a financé une étude de faisabilité conjointement au Syndicat département d’énergie du Finistère. Par ailleurs, ils sont soutenus par l’ADEME et 7 EPCI (les communautés de communes du pays d’Iroise, du pays des Abers, de Lesneven Côte des Légendes, du pays de Landerneau-Daoulas, du pays de Landivisiau, de Morlaix communauté et de Haut Léon communauté). L’étude a permis de révéler que sur ce territoire, les biodéchets produits par les particuliers et les professionnels représentent environ 20 000 tonnes chaque année. Grâce à ces soutiens, le projet est reconnu dans son caractère d’intérêt général et répondant aux enjeux d’avenir du territoire.

Ce contenu vous a plu ?

Abonnez-vous et retrouvez quand vous voulez les nouvelles publications directement dans votre boite mail

S'abonner

GRDF - Chiffres clés

Sites de méthanisation en injection

685

dont raccordés au réseau GRDF

575

Capacité totale installée de biométhane

12,33TWh/an

Equivalent logements neufs chauffés

3 081 750

Période de référence : mai 2024